Le stress et le bonheur dans nos vies par le pouvoir de la pensée

Yo à toi, qui subis le stress du quotidien. Les choix d’orientation, la recherche d’emploi, la pression sociale et la famille, les complexes physiques, les déménagements, les disputes, les changements de vie ou au contraire la pénible routine, le manque d’épanouissement en couple, le manque de temps, la fatigue, l’impuissance. Oh toi qui cours partout, si tu as l’impression de manquer de temps, qu’en fin de journée tu te dis que ça été une journée nulle ou gâchée, qui as tendance à ne voir que le mal, qui as de l’amertume et de la colère en toi. Cet article est pour toi. Nous sommes avons tous cette part nerveuse en nous, donc ces articles sont pour nous tous. Ce que je souhaiterais, c’est que tu te poses quelques instants, inspire profondément… et expire.

Tout le monde ne gère pas ses émotions de la même manière. Nos moyens d’auto-défenses ont leur limite. Notre réflexe pour nous protéger est : refouler tout au fond de nous, nous énerver contre la mauvaise personne/chose, l’effacer de notre mémoire. Malheureusement, on ne peut pas vivre toute sa vie avec ses problèmes à côté de soi, il faut au moins essayer de mieux les vivre !

Pour en savoir plus je te conseille de regarder cette super vidéo. Car ces moyens d’auto-défense font que nous ne sommes pas nous même, on peut ne plus se reconnaître à force, se sentir vide ou au contraire trop plein. Mais je trouve qu’il y a une défense qui est très mauvaise car elle nous incite à rester passif devant sa vie et en vouloir aux autres. A l’univers entier, comme en crise d’adolescence. La délégation. Etre passif et se plaindre. C’est être plus inutile que quand on est mort, en gros ! Quand on est mort, ce n’est pas de « sa faute » de ne rien faire. Ce moyen de défense fait qu’on rejette la faute sur tout et n’importe quoi, plutôt que de voir son implication dans ses problèmes. Durant nos vies entières nous disons : C’est de ta faute, pas la mienne. Je n’ai rien fait pour mériter cela. C’est à cause de ça que je suis comme cela. Tu m’as énervé. On délègue tout aux autres, qui eux mêmes délèguent sur d’autres. Par exemple, je me suis énervé parce que tu m’as trahi. Je t’ai trahi parce que j’étais en colère contre quelqu’un qui a été désagréable. J’ai été désagréable parce que j’ai été victime d’injustice. J’ai été injuste parce qu’on m’a méprisé. J’ai méprisé parce qu’on a été raciste avec moi. Je n’ai pas été raciste c’est que… et c’est ainsi que l’on ne trouve jamais de solutions à nos problèmes.

Mais la vraie solution, c’est d’apprendre à mieux « gérer » nos émotions. Ce n’est pas du tout quelque chose d’acquis dans nos sociétés. Pour moi ça a même été une réelle découverte : Accepter qu’on ait le contrôle, autant sur le positif que le négatif ! Ce n’est pas le cerveau qui nous contrôle, ou nos instincts, c’est vraiment nous, notre conscience. Ce qui fait que nous sommes fautif en cas de soucis. Peu de personnes savent le faire part instinct. Avec de l’entrainement et de la pratique, on peut tous réussir à laisser glisser ses émotions et se contenter de vivre. Car oui, le meilleur moyen pour ne pas se gâcher la vie avec ses tracas du quotidien, aussi importants soient-ils, c’est de lâcher prise. Laisser couler, laisser tomber. Comme disait tel philosophe, on peut être heureux sous la torture. C’est un peu le but de ma vie, vive les cours de philo de ma sœur !

Mais avant cela, il faut bien comprendre une chose. L’esprit est complexe mais un chose est simple : une pensée négative en entraîne une autre. Un petit rien peut faire remonter beaucoup d’autres tracas. Si quelques chose dans l’instant présent vous énerve ou vous rend triste, et que vous commencez à ressortir les grandes catastrophes de votre vie, il ne faut pas sortir tout de suite les mouchoirs. En prenant l’habitude de s’observer penser, on peut voir où est le point de non retour et l’éviter. Dire STOP au négatif, tu ne m’auras pas. Par exemple, on peut se disputer avec un ami et se mettre à pleurer, mais en réalité c’est parce qu’on s’est déjà senti abandonné par ses amis par le passé et on a peur que ça se reproduise. Donc ça n’a aucun lien, aucun autre but que de nous montrer que la blessure n’a pas cicatrisé. Ou perdre sa chaussette et se mettre à pleurer en repensant à sa mère décédée qui nous disputait quand on perdait une chaussette d’une paire et que du coup elle allait être désordonnée.

Le problème, ce n’est pas les causes de stress, c’est comment nous le vivons ! On ne peut pas toujours résoudre ses problèmes. Quand on peut, on le fait. Sinon, il faut savoir ou apprendre à dire Stop, je veux être zen et heureux(euse) ! Je veux être épanouie, être maître de ma vie. Etre la personne que je dois être et non pas être caché derrière un masque qui cache les vieilles blessures. Et si tu te dis que tu es est nul(le), que c’est raté d’avance, c’est que tu n’as pas compris que ce n’est pas parce que tu n’as pas confiance en toi que tu es plus incapable que n’importe qui, qui lui réussit. Soit on est tous bête, soit personne ne l’est. Si elle est à l’état de cocon, ta confiance se développera quand tu feras de belles choses ! (la réussite c’est à chacun de se la fixer, on peut toujours réussir à notre échelle) Ou que tu te rendras compte que vous tu es un être unique sur Terre, qu’on n’est pas là pour faire du tourisme dans sa propre vie.

Ruminer sur le passé, Ruminer sur l’avenir = ne pas vivre dans le présent

Combien de personnes se gâchent la vie avec le passé, à le remuer sans cesse tel bootyshake, et projettent sur l’avenir avec leurs vieilles peurs du passé. Toute cette réflexion permanente, empêche de s’encrer dans l’instant T. Si vous le faites depuis toujours, à cause de traumatismes par exemple, vous ne pouvez pas imaginer ce que c’est la liberté de lâcher prise. J’ai bien des défauts, mais pas celui-là et je remercie la vie. Ce qui a été ou sera (ou pas, quand les inquiétudes sont vaines) est-il plus important que maintenant, où vous pouvez changer les choses ? Etre heureux permet d’être plus déterminé de changer si vous avez de la culpabilité ou de la colère en vous, de commencer un nouveau chapitre de votre histoire. Je dis ça comme si c’était facile, je sais que ça ne l’est pas mais il y a en chacun les clés pour résoudre ses conflits. Comme on dit, s’il n’y a pas de solution il n’y a pas de problème.

N’oubliez jamais que vous avez le pouvoir sur vos pensées et votre vie !

« Ce sont vos modes de pensées qui décident si vous allez réussir ou échouer. » (Henry Ford)

(Je déteste ce type qui réussit à échouer sur le plan de l’humanisme en finançant le parti nazi, mais cette phrase a le mérite d’être juste)

-Se poser les bonnes questions. Même en essayant d’être au maximum honnête, on ne peut jamais avoir la vraie réponse. Elle se trouve au fond de vous, sous l’Ego et sous la morale.

Est-ce que tu es heureux ?

Est-ce que tu veux être heureux ?

Quels sont tes rêves ?

Te donnes-tu au maximum pour les réaliser ?

Est-ce que tu te sens mériter que ces rêves se réalisent ?

Est-ce que ça t’arrive d’aimer être malheureux ?

Qu’est-ce que tu pourrais faire pour être heureux au maximum ?

Est-ce que finalement, c’est si important de l’être ?

Quand vous êtes malheureux, de qui est-ce la faute ?

 

Les premières 2 minutes 48 secondes de ce documentaire résument tout.

https://www.youtube.com/watch?v=70Xg0cclf5Q

Citations :

« Je ne sais pas ce qui est possible ou non, alors je décide d’agir comme si tout était possible. »

« Vous êtes maître de votre vie, et qu’importe votre prison, vous en avez les clefs. » (Hervé Desbois)

« Notre esprit n’a pour limites que celles que nous lui reconnaissons.» (Napoleon Hill)

« Croire est plus important qu’être,

Et être est plus important que posséder. »

Pour aller plus loin :

Entoure toi d’un environnement sain pour rester positif. Ne regarde pas trop souvent les informations, écoute des vidéos de développement personnel qui te motiveront à faire des choses réellement pour ton bien (et non pas pour s’enrichir comme ce qu’on voit dans les pubs), aime toi pour ce que tu es, n’attends pas de te trouver « magnifique » dans le miroir pour t’aimer sincèrement. Lis, écris, exprime-toi, fais de la méditation, ne perds pas de temps à traîner sur ton téléphone si ça ne t’apporte rien sur le long terme et que tu manques de temps pour autre chose.

Chaines inspirantes :

https://www.youtube.com/channel/UCDMxcev7u9Nf7KMJuyIm-BA

 cet homme a une tête de psychopathe

Le livre qui m’a ouvert les yeux et grâce auquel j’ai pu faire cet article :

Maintenant il ne te reste plus qu’à t’observer quand tu perds le contrôle de tes pensées, quand tu es négatif(ve) et donc que tu nuis à ton bonheur, ta réussite, ton épanouissement, et même au bonheur des gens. C’est génial de pouvoir rendre les gens heureux parce qu’on l’est. Rien que cela est une raison pour se booster et sans cesse s’améliorer.

Kisu !

Publicités

3 réflexions sur “Le stress et le bonheur dans nos vies par le pouvoir de la pensée

  1. Je découvre ton blog depuis quelques jours seulement, je suis une baby blogueuse avec des mots, juste des mots. Alors moi je dis un GRAND OUI si tu as envie de libérer tout ça sur la toile. C’est beau de lire des gens, leurs pensées, leur imagination, leurs idées… Puis ça casse un peu tous ces stéréotypes de la blogosphère mode dans laquelle beaucoup se mélangent et s’aséptisent … Alors va où le vent te mène, moi je te suivrais encore avec plaisir ! Belle journée 🙂

    Aimé par 1 personne

Ce que je préfère, c'est lire les commentaires !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s