Gogo Décolo | L’after (ma routine pour limiter la sécheresse, casse et fourches)

Yo les gimauves ! Je suis tellement contente de poster cet article, que j’ai commencé à écrire il y a plus de 11 mois ! Rien que ça ! J’ai perfectionné ma routine et mes recherches, donc c’est parti pour cet article où j’ai plein de conseils et choses à vous montrer.

J’avais lancé une série de trois articles intitulés « Gogo Décolo ». Décolo, diminutif de décoloration. Je n’ai pas fait le troisième article « l’After » plus tôt pour plusieurs raisons : je voulais me créer une routine parfaite à vous présenter, avec des produits efficaces et naturels comme j’aime. Un défi. Je viens de me souvenir de vous avoir promis de vous parler de mon No Poo. Mais c’est une autre histoire ! Maintenant j’ai ma routine bien installée, mes petites astuces qui me changent la vie (capillaire).

Mais avant mes conseils, je vais vous raconter un peu ce qui s’est passé dans le après de ma première décoloration.

Evidemment, mes cheveux ont pris un sacré coup mais je m’y attendais. Grâce au soin de la boite de décoloration (ma 1ère), le boom-rang de la sécheresse à été un peu retardé. Elle s’est d’abord traduite par un toucher rêche. Mais mes cheveux sont tout le temps secs donc ce n’est pas une grosse perte. Ce qui est cruel, c’est que mes pointes ne se sont pas tout de suite cassées, c’est au fur et à mesure et encore aujourd’hui que ça arrive. Après, que mes cheveux se cassent est « normal », ils ne sont pas très résistants mais ça m’a fait un peu mal au cœur. Sur le coup je n’ai rien changé dans ma routine capillaire. J’ai continué à me mettre de l’huile d’olive quelques fois par semaine et faire le mon No-Poo. J’aime ne pas utiliser 10 produits sur mes cheveux. Ma routine tient sur 3 choses : de l’huile, de l’après-shampoing sans silicone, sulfate, paraben (j’ai bien vérifié la composition) et une brosse type Tangle Teezer. 3 mois après avoir décoloré j’ai regardé des anciennes photos de mes cheveux bouclés et j’ai constaté une perte de quelques centimètres, moi qui veut à tout prix les faire pousser aha. Chaque centimètre est important ! Je suis logique, je les veux plus longs alors qu’est-ce que je fais ? Je décolore. Premier réflexe, accuser la coiffeuse qui avait dû plus dépointer que ce que je lui ai demandé. A vrai dire, je me fiche un peu qu’ils soient abîmés, je ne vois pas de fourches et ils sont colorés alors je suis contente. Je me souviendrai toujours de sa réaction en touchant mes cheveux, c’était mot pour mot « A oui, ça fait paille quand même. On a faire des soins. » Merci bien, vive les silicones, l’éphémère qui après laisse les cheveux desséchés. Bref, quoi qu’il en soit, je me suis crée un planning capillaire.

Pour ma deuxième décoloration, 7 mois plus tard, je me suis tournée vers les produits de grossistes. Dans l’idéal je serai allée chez Bleu Libellule, les produits sont moins chers. Dans tous les produits proposés, la quantité était bien trop grande pour moi ça aurait fini à la poubelle. Alors je suis allée chez la Boutique du Coiffeur qui se trouve dans mon centre commercial et est donc beaucoup plus facile d’accès. Pour avoir des petits formats, j’ai pris les seuls qu’il y avait et étaient donc beaucoup plus chers pour le prix au kilo. J’ai aussi acheté un petit bol en plastique pour me sentir une pro alors que je suis tout sauf ça pourquoi je fais un article d’ailleurs ? pour remplacer mon bocal à compote qui n’était décidément pas pratique !

Troisième légère décolo, j’ai constaté une nouvelle fois de la casse (2 cm environ, dire que ça change tout) sans que ma texture de cheveux soit plus rêche en fait. Étonnamment ! C’est stable, ça pourrait être bien pire ! Les gens me disent toujours « Mais pourquoi tu n’arrêtes pas de colorer et laisser tout repousser pour qu’ils soient en bonne santé ? » en ce moment c’est surtout *en tripotant ma touffe* « Ça va encore, pour ce que tu leur fait subir » ^^. Victoire ! Une autre est en prévision, je vous en reparlerai en bas de l’article.

Routine :

DSC_1617

Avant le lavage à proprement parler, je mouille toutes mes longueurs la tête en bas et applique grossièrement sur toute la chevelure mon après-shampoing. J’ai pris longtemps, longtemps avant de le trouver. J’en voulais un parfait pour ma nature de cheveux ! Il est très très hydratant, meilleur que tous les masques que j’ai pu tester ! Une petite merveille pour les cheveux bouclés et secs il les adoucie, fait briller. Je n’ai pas décrypté sa composition en détail, mais déjà, sans sulfates, silicones, parabens, pour moi c’est l’essentiel ! Ce n’est pas un A.S premier prix mais il le vaut bien. Je l’ai acheté sur Amazon pour une vingtaine d’euros. Je l’utilise depuis presque 1 an et il m’en reste encore pour 1 an je pense, alors que j’en mets une bonne quantité ! Il faut le croire.

DSC_1609

Les jours où la couleur est en fin d’existence je me permets de faire un masque à l’huile de coco. Cette huile, et la chaleur, fait dégorger les couleurs mais est très hydratante ! Contradiction malheureuse. Ensuite je lave mes cheveux, en mettant simplement l’A.S sur le cuir chevelu car c’est cette partie qui a le plus besoin d’être rafraîchie et quand on le rince il glisse sur le reste des cheveux et les lave comme il faut. Je me brosse les cheveux. J’alterne parfois avec cet autre après-shampoing pour que mes cheveux ne s’habituent pas trop.

Il existe deux team, la team anti-brossage sous l’eau, la team brossage sous l’eau. L’une dit le contraire de l’autre. Les cheveux se casseraient plus/moins. Pendant longtemps, je ne me brossais plus les cheveux qu’avec mes doigts, 1 fois par semaine. Entre temps, j’ai fait l’acquisition d’une brosse à cheveux qui a révolutionné ma vie, et mon temps de brossage. Je vous présente ma brosse d’amour, qui est magique contre les nœuds. De 1h à 1h30, je suis passée à 10 minutes !

DSC_1628

Ce petit bébé m’a vraiment changé la vie ! Elle ressemble beaucoup à la Tangle Teezer dans le principe. Mêmes picots, même plastique. Celle ci est un peu moins cher. C’est donc un super dupe.

Je ne le fais pas super souvent mais je veux avoir une chevelure d’enfer je mets un bonne quantité de masque sur pratiquement tous les cheveux. Alors que je cherchais un masque qui nourrit vraiment, sans paraben, silicone, sulfate, parfait pour après une décoloration quand les cheveux en ont le plus besoin. Je suis tombée sur une astuce qui va en étonner plus d’une : utiliser des masques pour cheveux crépus. On dit toujours « utilise des produits adaptés à ton type de cheveux »mais on a le droit de tricher. C’est sur Madmoizelle.com que je l’ai lu, alors j’ai fait exactement comme la journaliste. J’ai acheté le fameux masque qu’on trouve dans tous les supermarchés entre les affreux défrisages pour enfants, où ils sourient tout heureux sur la boite violette et jaune. Le nom du masque m’a marqué, il s’appelle « Cholestérol ». Ouioui, comme le dépôt dégoûtant jaune qui bouche les artères à la force de l’âge quand tu as été un bon vivant carnivore. En plus ce masque est jaune et épais. Enfin bref, je l’ai trouvé en 10 secondes top chrono dans le rayon cheveux et il fait mon bonheur, pour 3 euros 30. Sur 3 personnes qui l’ont essayé, les 3 ont été fan de l’effet qu’il a ! Depuis le temps que je n’avais pas de masque ! J’avais l’impression que le principe même des masques était de contenir du silicone. Une vraie plaie. Ce produit est totalement contraire à mes principes, je l’ai acheté devant le deuil de mes pointes horribles, à 10km de périmètre on voyait que ça rebiquait dans tous les sens quand ils étaient lisses alors j’ai craqué pour les moments durs.

Les huiles

En fin de semaine, j’applique des huiles sur mes cheveux. A chaque huile sa propriété, pour tel problème, tel type. C’est quand même le moyen le plus naturel, simple et respectueux des cheveux pour les embellir ou même les sauver ! Au début de quand j’écrivais cet article j’en mettais tous les jours. Erreur, ça a foncé la couleur de mes cheveux, colorés et bruns (qui étaient noirs).

Pour que les oreillers ne se gorgent/graissent pas de l’huile je vous conseille fortement de mettre un foulard en satin dessus, ou alors acheter une taie d’oreiller en satin ou enrouler vos cheveux dans un foulard ! En plus de protéger l’oreiller, le satin limite les frottements des cheveux. Qui dit moins de frottement = moins de casse, moins de frisottis, moins d’usure des écailles. Tout bénéf’ !

Pour toute la tête, du cuir chevelu, en passant par les racines, jusqu’aux pointes, j’utilise l’huile de Jojoba. Notamment pour sceller l’hydratation des cheveux elle est recommandée !

Pour hydrater plus en profondeur les longueurs et les pointes, l’huile d’Olive est quand même le BA-ba ! On peut ne pas apprécier son odeur et sa lourdeur, mais elle est pratique à trouver et utiliser au moins.

Mon coup de cœur est pour l’huile d’Avocat ! C’est une découverte géniale, ça ne fait pas graisser les cheveux, ou alors ce sont mes cheveux qui absorbent très vite mais je sais que même ma sœur en met quand ses cheveux ont un coup de sécheresse. Quotidiennement, pour garder des beaux cheveux c’est le top.

Pour la pousse des cheveux je mets de l’huile de ricin, mais je ne pourrai pas vous dire si ça change quelque chose… personnellement ils ne poussent pas beaucoup, ou se cassent donc c’est dur pour moi de juger ce que ce serait sans ! Je continue d’en mettre. La texture est vraiment surprenante, très lourde. Même quand on a l’impression d’en prendre une petite quantité ça en utilise plus qu’avec n’importe quelle huile.

Je pense avoir fait le tour sur ma routine et mes conseils.

Qu’est-ce qui a évolué dans ma routine depuis 1 an ?

Je n’applique plus d’huile quotidiennement comme je vous ai expliqué ça m’a vraiment dégoutté j’ai dû décolorer et en repoussant c’est revenu à la normale. Je me lisse beaucoup moins les cheveux, avant c’était 1 semaine sur 2 et je mettais un truc chimique pour qu’ils ne brûlent pas même si j’utilise le StreamPod. Je n’ai plus le courage de tous les jours appliquer/faire quelque chose à mes cheveux. La nuit je fais deux nattes grossières pour conserver les boucles plus longtemps, ça m’a un peu sauvé la vie.

Qu’est-ce que je compte faire maintenant ?

Je ne suis plus comme sur les photos qui datent de la semaine dernière, j’ai tout violet pour que mes cheveux ne s’habituent pas au bleu (qui me manquent tannnt) ! En Janvier je re-décolorerai (mais peu sur les zones déjà décolorées surtout du brun raté par ma coiffeuse), testerai vite le blond avant de tester le pêche (mélange de rose et orange) puis bicolore, un côté bleu un violet (c’est risqué dans mon entourage personne n’aime ah), puis revenir surement à violet. J’ai d’autres envies qui apparaissent, on verra bien ! 🙂

BRAVO SI TU AS LU

J’espère que cet article vous a plu, dites moi en commentaire si vous aimez bien les articles capillaires. Est-ce que vous changez souvent de tête, entre les coupes, couleurs, décolo, extensions, tissages, dreads et j’en passe ?

Kisu !

Astuces pratiques et naturelles | Quand le chimique nous veut du mal

Yo les fleurs, dans l’article d’aujourd’hui je vais vous présenter des petites astuces, simples et pas chères.

On voit beaucoup de cancers, plus de personnes avec des problèmes pour enfanter qu’auparavant, des maladies sans raison. Notre mode de vie a bien des avantages et des conforts, ça c’est cool, mais ce qui est moins cool c’est tout ce qui est néfaste pour nous dans nos produits ! Par exemple les perturbateurs endocriniens (comme les sels d’aluminium par exemple) qu’on retrouve en masse dans les cosmétiques (gels douches, vernis, crèmes, déodorants, etc). Bien que l’on ne soit pas obligé d’en être malade, ça n’arrive pas toujours qu’aux autres j’ai envie de vous dire ! C’est bien d’être au courant de ce qui nous entoure plutôt que d’être juste une victime. Mieux vaut prévenir que guérir, mieux vaut choisir des produits réellement bons pour soi, que financer des marques peu scrupuleuses et peu honnêtes #Monsanto. Le Home Made n’est pas uniquement réservé aux hippies, ou aux gens qui ont tout le temps devant eux. On serait jaloux, autrement.

Si quelque chose vous intéresse particulièrement, vous pourrez tout savoir en cliquant sur les liens que je propose, il a fallu que je synthétise un peu. Cette première partie ne va pas beaucoup parler de beauté. Je voulais tout faire d’un coup, mais je me suis rendue compte que j’avais trop parlé.

Une image résume tout parfaitement :

Je vous renvoie à cet article pour en savoir plus.

Faire des petits changements dans ses habitudes, tester des nouvelles choses, c’est un plaisir ! C’est aussi cela que je voulais vous dire, que vous voyez ça comme une tâche ingrate et que vous ne comprenez pas, ou que vous ayez la flemme, sachez que c’est à la portée de tout le monde et n’importe qui. Il suffit juste mieux se renseigner et d’y passer plus de temps que si on ne se préoccupait pas de ce qu’on utilisais.

Eau Oxygénée

J’ai découvert par le biais d’un article, que l’eau oxygénée pouvait vraiment servir à tout, en plus des utilisations courantes pour lesquelles elle est connue (décolorer les cheveux, les poils et désinfecter) ! Par exemple pour enlever les tâches sur les vêtements (transpiration, sang, stylo) ou le sol, agit comme un bain de bouche (moitié eau simple, moitié eau oxygénée) pour blanchir les dents et désinfecter la bouche, blanchir les ongles, les draps, réduire les boutons, la moisissure. Quand on est enrhumé, on peut à l’aide d’un spray s’en vaporiser dans le nez pour tuer les microbes. Ensuite il faut penser à se moucher. J’ai vu aussi une astuce très étrange, je ne sais pas si elle fonctionne… elle dit qu’il faut se verser quelques gouttes d’eau oxygénée dans les oreilles, de manière à ce que l’eau reste dans l’oreille, la tête penchée horizontalement. Quand vous n’entendez plus de pétillement, vous pouvez redresser le tête et vous débarrasser du liquide. J’hésite à essayer, de peur que le liquide reste coincé…

Bref, il faut donc penser à l’incorporer dans sa vie quotidienne.

Adieu le déodorant, vive l’huile de Palmarosa

En flânant sur un blog, j’ai vu une fille parler de l’huile de Palmarosa. En plus ça n’avait aucun rapport avec le thème de son blog aha, mais ça a tout de suite attiré ma curiosité. Elle disait à quel point c’était aussi efficace qu’un déodorant en plus de parfumer, avec les sels d’aluminium en moins ! Lors de ma dernière commande chez Aroma-zone, j’ai ajouté un flacon de 10ml à 3 euros à mon panier. Les commentaires étaient favorables, bien que les personnes parlent beaucoup de l’odeur qui serait particulière, qu’on aime, ou pas, mais qui ne serait pas trop entêtante. Quand j’ai reçu mon colis, la vérification s’imposait….mouuais, c’est pas commun, je ne m’attendais pas à ça. Une goutte sous chaque aisselle, pour voir et déjà ma mère me disait 5 minutes plus tard que je sentais bon. Cela fait maintenant plus d’1 mois que je l’utilise tous les jours, bye-bye le déo Narta anti-transpirant tout chimique 48 heures et je ne peux plus m’en passer. Je l’ai adoptée, où il m’a adoptée sans jamais me décevoir ! Et j’apprécie beaucoup plus l’odeur qu’au début, c’est une simple question d’habitude. On ne m’a jamais jamais autant dit de ma vie que je sentais bon, que depuis que j’en mets. Ou même, rien qu’à me faire des petites remarques sur mon odeur. On m’a dit que je sentais : les épices, les nouilles au curry, le produit de lave-vaisselle, la crème pour les bébés. A part ça, n’ayez pas peur aha. Et même, une fois après avoir tout donné à la danse, j’étais en nage et ma mère m’a dit que je sentais bon… euh à bon ? Tant mieux.

Les raisons de passer à l’huile de Palmarosa :

Un efficacité identique, sans produits néfastes. Surtout que les sels d’aluminium passent dans votre corps quand vous avez les aisselles irritées, après épilation/rasage, faites attention. Economique, dure longtemps pour un petit prix.

Vinaigre blanc

source

99% des bactéries, 82% des moisissures et 80% des virus

Tue les bactéries et virus (pinceaux de maquillage, toilettes, etc), détruit et prévient la moisissure (éponge Kongac par exemple), enlève la rouille, détartre, dégraisse, débouche, enlève le calcaire, assouplissant pour le linge et désherbant. Bref, on peut tout laver et désodoriser. C’est pas cher, pas chimique. On entend souvent donner le conseil de se rincer les cheveux au vinaigre à la fin du shampoing, pour les faire briller. Moitié vinaigre, moitié eau et on prend son courage à deux mains.

En savoir plus ici

Laver sa vaisselle très simplement

Recette venant d’ici (cliquez pour en savoir plus), du blog d’Antigone XXI pour faire son produit vaisselle :

  • 1 savon de Marseille / Alep (sans huile de palme) – 100 g.*
  • entre 0.8 et 1 L. d’eau
  • 2 CàC de bicarbonate de soude (ou sodium, de son nom chimique)
  • 2 CàS de vinaigre blanc
  • 2 CàS de cristaux de soude – à ne pas confondre avec la soude caustique !!! (ou, à défaut, de produit vaisselle biologique)*
  • une vingtaine de gouttes d’huiles essentielles, au choix : teatree, citron, eucalyptus, thym, orange…
  • (opt.) 1 CàC de lécithine de soja ou tournesol*

 

Pour sa machine à laver ou ses cheveux, ou les deux :

source

Pour laver son linge, soit on peut faire sa petite recette, encore à l’aide de savon de Marseille ou savon noir, d’eau, etc, soit… on peut acheter directement des noix de lavages sur Aromazone à 9,90 euro, et ça fait 1 an de lessive ! Qu’est-ce que sont des noix de lavage ? Ce sont des fruits qui poussent à un arbre, en Inde et qui contiennent de la saponine, substance qui lave naturellement le linge ! Contrairement aux produits industriels et chimiques qui en gros, sont tout sauf naturels. Il contiennent des substances toxiques (ouioui), ce qui n’est pas cool, beaucoup de choses avec des noms trop compliqués qui polluent beaucoup dans les eaux usées. Je trouve que les noix de lavages ont l’air d’être une super alternative (bien qu’elles viennent de loin, elles ne causent pas de déforestation ni l’exploitation des paysans) que j’ai très hâte de tester. Comme le principe est assez… méconnu, je vous l’explique :

Il suffit de placer environ 4 noix (de 2 à 6 selon les sites, j’ai pris le chiffre au milieu, c’est à adapter selon la taille de la machine) dans le petit sachet en coton qui est fourni. Pour parfumer le linge, il est recommandé d’ajouter quelques gouttes d’huiles essentielles directement sur le sachet. Vous n’avez plus qu’à placer la pochette dans le tambour de la machine, programmer la température

Je cite Antigone « On peut effectivement les utiliser plusieurs fois : 2 à 4 fois pour des lessives entre 30°C et 50°C et 1 à 2 fois entre 60°C et 90°C. 1 kilo de noix de lavage permet de réaliser entre 180 et 250 lessives, soit 10€ pour 1 an, à raison de 2 à 3 lessives par semaine… »

Les noix sont biodégradables. Si vos vêtements sont réellement sales ou que vous voulez protéger la blancheur, ajoutez soit 1 cuillère à café de bicarbonate dans la partie où on met l’assouplissant, soit 1 verre de vinaigre blanc lors du cycle de rinçage.

Les noix de lavage lavent également les cheveux, il parait que c’est super mais je n’ai pas encore testé. On peut utiliser directement de la poudre, ou écraser dans de l’eau chaude (c’est dit de manière brutale mais c’est le principe), selon cette méthode qui donne vraiment envie d’essayer, vu comment les cheveux sont brillants et beau après ce lavage.

Connaissais-tu ces astuces ? Qu’aimerais-tu essayer, ou pas ? Es-tu sensible aux compositions ?

Kisu !